Rencontre avec Olivier Ryckewaert, Plateforme Régionale Design’in Pays de la Loire

Les aventuriers de l’innovation publique ont rencontré Olivier Ryckewaert le mardi 18 Octobre 2016 pour une présentation de la Plateforme Régionale Design’in Pays de la Loire, dont il est le directeur.

Origine et missions de la plateforme ?

Nantes est un territoire de design de par la présence de la plus grande école de design. 20% des designers restent sur Nantes, dont une grande partie portée sur les politiques publiques.

Beaucoup d’acteurs sur le territoire ont une habitude industrielle de création de valeur. La rencontre de ces différents acteurs a fait émerger l’envie d’utiliser le design comme levier de création de valeur, de nouvelles opportunités. Tout ceci a créé un écosystème favorable.

Une association, la plateforme Design’in, a alors été créée en 2013 par l’Agence de Développement économique régionale qui en portait les moyens. Design’in Pays de la Loire s’est entouré des acteurs du design présents en région, qui sont :

  • les designers,
  • les entreprises travaillant avec des designers (internes ou externes),
  • les établissements de formation, centres de recherche,
  • les développeurs économiques (technopoles, agences de développement économique, pôle de compétitivité ou clusters…), les collectivités territoriales.

Le rôle de la plateforme Régionale de design (3 personnes à temps plein) est de mutualiser les moyens et compétences des entreprises, établissements de formation et de recherche pour faire progresser la culture du design et favoriser la naissance de nouveaux projets en Pays de la Loire.

Actions : Formation au design et à ses méthodologies, accompagnement dans l’écriture de cahier des charges etc…

Nantes DesignIn batiment1

Des projets

Rezé (40 000 habitants) : expérimentation pour refonder les dispositifs de démocratie participative. Pour ce faire, un designer et un sociologue ont été recrutés, ont travaillés sur des prototypes de participation citoyenne. Le système d’empowerment citoyen qui en est ressorti a été présenté au bureau politique, qui a validé et qu’ils mettent en place.

Loire Atlantique: les cars du conseil général à 2euros, repensés, maintenant utilisés (LILA). A la base, ils avaient pensé à une borne de covoiturage qui a été prototypé avec les moyens du bord, et testé. Mais cela n’a pas marché. C’est aussi à ça que sert le prototypage, évacuer les hypothèses  !

La flèche : ont cherché un design de réunion publique qui parlait de prospective et permettait aux gens de se projeter. Test sur différents usagers, avec des personnages développés par Martin Vanier.

A nantes, il y a eu un débat sur le franchissement de la Loire. Le conseil de développement, sur les conseils de Design’in, est allé voir les utilisateurs et a fait des tests de franchissement selon les profils.

Le design : Kézako, les outils… ?

Le design, c’est simplexifier : simplifier le complexe. Zoomer/dézoomer

Les mots associés au Design : démarche, créativité, conception, désirabilité, faisabilité, rationalité, viabilité, empathie, sciences sociales

La démarche est centrée sur les usages, apporte de la crédibilité à un projet car peu attaquée en légitimité : questionnement, observation, synthèse, problématique, génération de solutions, concept, démonstration du concept, tests, concept et narration et produits services, comportements. Abstraction/concret/temps. Les point de rencontres usagers : observation, tests.

Les outils que le designer utilise selon la situation : storyboard, observation, scenario d’usage, photo, persona, video, co-design, scamping, Pecha Kucha, le ladring, les 5 pourquoi, design interactif, test AB, diagramme d’affinité …(un lexique à venir !)

A-t-on toujours besoin d’un designer ?

Outillés, sur de petites séquences et sur les tests et les prototypes, les agents des collectivités peuvent s’en passer. Le designer a une plus-value sur la problématisation (pour démêler, aller aux détails, avoir par où commencer), la généralisation de solutions.

Et le Co design, doit-on l’utiliser tout le temps ? C’est intéressant d’en faire quand on ne connaît pas le résultat en amont, pour les politiques en fin de course, les nouveaux services, ou un projet qui a besoin de grande transparence (où il y a de la défiance, bonne volonté du politique). Il faut associer les usagers dès le début du projet, dans une équipe pluridisciplinaire comprenant des agents et des professionnels.

Les embûches du design, les conseils, l’avenir

Problème du co-design : « tout ça pour ça » ? Car ce n’est pas Révolutionnaire ! Les gens sont généralement raisonnables et ne savent pas ce qu’ils veulent etc… le designer permet de tirer les infos.

Clé de succès : se donner le temps de prototype.

L’innovation des politiques publiques ? comment on y vient, comment concrètement on le met en place, conseils

Le parcours d’Olivier, et son arrivée à l’innovation et au design

Olivier Ryckewaert, juriste de formation, a été directeur de cabinet du président de la Région Pays de la Loire 2004-2008. Il a ensuite fait évoluer sa carrière vers la conception des politiques publiques. Il voulait « réinventer le logiciel des politiques publiques », et il avait la confiance du président pour le faire. Durant le mandat, la région avait lancé une étude qui prévoyait une augmentation de 900 000 habitants dans les 20 ans. Pour faire face à cela, la Région a donc fait un exercice de prospective participative. Ils ont fait appel à la 27ème région. Ils ont de fil en aiguille décidé de lancer une Transfo, leur laboratoire des « mutations ». L’équipe innovation était née !

 

Conseil pour commencer, et durer dans le temps en dehors des changements politiques ?

Il faut se former aux méthodes dites « innovantes », puis faire la preuve par l’essai pour se faire connaître. De même, lorsqu’on vient nous chercher, il faut répondre à la demande mais faire une proposition décalée, qui va plus loin.

Certains commencent par des sujets de prospectives et sensibles, d’autres sur des compétences lourdes et premières de la collectivité.

Difficultés : souvent ça marche avec les agents, avec les DGA, mais problèmes avec middle management : ils ont peur de perdre leur « pouvoir ». Il faut pouvoir développer des dispositifs pour les emmener également, les rassurer.

Innovation des politiques publiques, finalement ?

C’est finalement une question de simplification, pour donner à comprendre. C’est une rencontre avec les usagers. C’est se reraconter sans cesse.

C’est emmener les élus, les directeurs, les cadres sur le terrain, à la rencontre des gens, pour observer et expérimenter. C’est s’entourer d’une équipe pluridisciplinaire pour voir différemment : sociologue pour le système, un anthropologue pour l’humanité, avec des gens embarqués de la collectivité. Important qu’il y ait des gens du métier et des personnes qui dézooment.

Anecdote : Les dangers de l’innovation… Après une immersion, une des collaboratrices a fait un burn out ; il y a eu une incompréhension entre l’ambition et l’avenir qui était porté par l’innovation, et la réalité…

Et dans 5 ans ?

Dans 5 ans : Olivier voit Design’in comme une activité de conseil, car selon lui, même si les organisations possèdent des ressources innovantes en interne, il est toujours intéressant d’avoir un regard extérieur neuf, différent, et non formaté à l’organisation externes.

3 mots clefs pour conclure

Bienveillance: les gens méritent qu’on s’intéresse à eux. Aimer les gens pas les dispositifs et les processus

Agilité: pas possible de s’enfermer et de revivre toujours le même film sans connaître d’autre chose ; détendre la colonne vertébrale.

Le sens: ce qu’on fait doit avoir du sens. Pourquoi, est-ce important, est-ce utile ? doit-on continuer à le faire ? que doit-on faire pour donner plus de sens ?

 


 

Retrouvez :