Les Aventuriers chez What Time Is It

Lundi 23 octobre nous clôturons notre riche journée par une rencontre avec Stéphane Juguet, anthropolgue, dans son garage baptisé «wattignies social club ». Un garage, une entreprise d’insertion, une compagnie artistique en résidence, un cabinet d’étude, un acte militant….« What time is it » n’est peut-être rien de tout ça…ou un peu de tout ça…voire encore plus !

what time is it

Passez la forme (agréablement) déroutante du lieu, nous découvrons la personnalité iconoclaste de Stéphane Juguet (cf. le portrait des aventuriers 2016 http://aventuriers-actionpublique.la27eregion.fr/2016/11/08/rencontre-avec-stephane-juguet-what-time-is-it/). La diversité de son parcours nourrit le projet qu’il porte.

Rapide contexte

« What time is it » est missionné par l’aménageur de l’île de Nantes, la SAMOA. Cette dernière questionne l’avenir de l’île, plus exactement un quartier encore à aménager et donc fortement convoitée par les promoteurs privés. La société d’aménagement est peut être aussi muée par la prise de conscience d’une volonté de faire autrement pour corriger certaines erreurs. Elle a donc lancé plusieurs dispositifs exploratoires sur la période 2017-2023, dont l’objectif affiché est de faire émerger « un urbanisme des usages, de la quotidienneté ».

Une fois encore, l’impulsion politique est décisive, au travers de la Présidente de Nantes Métropole, Johanna Rolland.

L’immersion comme mode opératoire

Par une démarche d’immersion dans un quartier, il doit parvenir à sonder au plus juste l’identité de son sujet (un quartier, une population, etc.) pour en faire un retour le plus exacte possible adossé à des préconisations qui par conséquent doivent être plus solides.

 

ilotopiaIlotopia, rencontre citoyenne du 3ème type, démarche exploratoire sur le quartier du « Faubourg de l’Île », quartier historique et populaire.

Mission 1 : rentrer en contact ; Mission 2 : prototypage ; Mission 3 : …

Le Wattignies social club est la base (la résidence) de l’équipe de Stéphane Juguet, c’est aussi un lieu de rencontre qui cherche constamment à s’ancrer dans le quartier par une utilité sociale (garage ouvert pour de la petite réparation, etc.).

 

 

davL’outil comme prétexte

Le vélo bi-place construit avec les ouvriers des chantiers de St-Nazaire, de la souris bricolée superstar d’un salon international, au bus de la tournée « Jacky 44 » ou d’un comptoir où la brève devient richesse, Stéphane Juguet utilise l’outil comme prétexte à l’intermédiation.

  • L’outil peut être co-construit, cette phase est propice à l’acception de ce nouvel acteur dans le quartier tout autant qu’un moment riche de recueil d’information
  • L’outil peut aussi, par son originalité, créer l’opportunité de l’échange, créer une parenthèse avec l’anthropologue où « l’enquêté » se livre.

 

Un dilemme

Au risque de paraphraser, « What time is it » peut paraître comme L’agence tous risques des missions de diagnostic et de prospective (« Si vous avez un problème, si vous êtes seul, si personne ne peut vous aider, si vous êtes acculé, si la justice ne peut plus rien pour vous, il vous reste un recours, un seul … »). La méthode parait fonctionner, trop peut-être ? Dernièrement, Stéphane Juguet a été approché pour débloquer une situation, dont tous les éléments poussent à croire qu’elle est insoluble…(nous respecterons une nécessaire confidentialité). Ici, le chef d’entreprise est confrontée à l’anthropologue tout autant qu’à l’homme de conviction : Faire vivre son entreprise justifie-t-il tous les contrats ? Une méthode efficace ne peut-elle pas produire un résultat acceptable pour chaque partie, donc utile pour l’intérêt général ? Le challenge ne justifie-t-il pas à lui seul d’y aller ?

What time is it est un ovni dont la rencontre pousse à questionner notre approche des besoins des populations (le temps, la méthode, les outils). Déroutant, enrichissant, exaltant !